Juillet 2021

Par une fin de journée d'été, nous descendons, au crépuscule, sur l'épave du Grec. Entre chien et loup, l'épave qui nous est familière, en plongée diurne, se présente sous un tout autre aspect. Les ombres, bleu nuit, dominent, les couleurs disparaissent hors du faisceau des lampes, rendant l'atmosphère plus inquiétante, mais aussi plus présente.

Au fur et à mesure de notre descente, nous voyons la lumière décliner rapidement. Le bleu côtoie le noir. Le courant, assez fort, nous oblige à descendre le long du bout de la balise afin de ne pas nous perdre dans l'immensité. Le halo de nos lampes est de plus en plus présent dans cette pénombre. Sur le pont, surgissant de partout, des Anchois en rang serré font bravement face au courant, qui est perpendiculaire à l'axe de l'épave, afin de rester dessus. Nous survolons une écoutille donnant accès aux cales remplies de ténèbres. Au détour d'une coursive menant à la poupe, des myriades Anthias ont remplacé les Anchois. Ils frétillent frénétiquement de la queue, de manière comique, pour faire face au flux puissant, à leur échelle. Par comparaison, les deux beaux Mérous, présent en ce lieu, semblent bien placides. Ils s'éloignent nonchalamment à notre approche, sans effort apparent, et se dissimulent dans les Gorgones tapissant la plage arrière.

Après avoir exploré cette partie du navire, nous nous laissons couler le long du flanc tribord, jusqu'au sable, pour atteindre l'hélice. La coque, recouverte de concrétions jaunes, rouges et oranges, défile devant nous. Elle obture un peu plus le reste de lumière venant de la surface. Sur le sable, en relevant la tête, la silhouette noire et imposante du Grec semble nous écraser de sa masse. Les superstructures, recouvertes de vie, se détachent dans le bleu. Les phares de plongée trouent la nuit devant nous faisant apparaitre, furtivement, Gorgones et poissons.

Nous remontons lentement vers le pont et, en quelques coups de palmes, nous le survolons dans un nuage d'Anthias. Au fur et à mesure de notre avancement, tel un animal blessé, le Grec nous révèle ses entrailles béantes dans le faisceau puissant de nos phares de plongée. Notre autonomie sous-marine est conditionnée par l'air, mais aussi, dans cette presque nuit, par l'autonomie de nos lampes. Celles-ci nous indiquent qu'il est grand temps de rejoindre la surface.

Nous nous dirigeons donc, sans précipitation, vers la ligne remontant vers la surface et amorçons notre ascension vers le premier palier.



Construit en 1912 par les chantiers navals Dundee SB ltd, le Sagona était un petit cargo de 54 m de long et de 8,5 m de large jaugeant 808 tonnes. Il disposait d'une machine à vapeur de 98 ch. Sa vitesse de pointe était de 11 nœuds.


Immatriculé à Londres, il est transféré à Saint-Jean de Terre-Neuve où il est intégré dans un service de caboteurs relié au réseau ferroviaire de l'île. Il changera de propriétaire et de fonctions plusieurs fois au cours de sa paisible carrière. Il a notamment été utilisé pour des campagnes de chasse au phoque de printemps en 1923. En 1941, il est vendu à la Colliford Clarke Company de Londres puis à une société grecque, la Zaratti S.S. Co, basée à Panama.

Son surnom "Le Grec" vient du fait qu'au moment du naufrage, l'équipage et les papiers du navire étaient de cette nationalité.

Naufrage

Le 3 décembre 1945, chargé de vin, comme le Donator, le Sagona se présente entre les îles de Port-Cros et de Porquerolles. Le mistral est fort et le navire longe la côte sud de l'île de Porquerolles. La zone n'est pas complètement dégagée des mines de la dernière guerre. Il  heurte une mine du côté bâbord et coule immédiatement, tuant deux hommes et faisant un disparu. Le reste de l'équipage est pris en charge par les bateaux qui viennent à leur secours.

GREC-PUSCULAIRE

La plongée crépusculaire, sur une épave comme le Grec, permet de découvrir une ambiance très différente de la plongée diurne. Les ombres dominent sur la lumière, rendant l'épave mystérieuse, inquiétante...

GRATUIT ET SANS INSCRIPTION
Enrichissez les pages de votre site avec notre contenu...

A voir également...

SUIVEZ-NOUS AUSSI SUR...

Carnet de plongée

Il nous permet de sensibiliser à la beauté et à la fragilité des fonds marins hyérois. Il sert aussi, à garder une trace de nos plongées et à échanger sur nos expériences.

Qui sommes-nous ?

Une équipe informelle de passionnés de la mer et de la plongée sous-marine composée d'amateurs et de professionnels désirant partager sur ce site la vie marine exceptionnelle autour des îles d'Hyères.

Nous contacter


Contenu du site https://dive.explo360.fr mis à disposition
selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International
(CC BY-NC-ND 4.0). Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification