Décembre 2020

En cette journée hivernale au ciel maussade, avec Dominique, nous descendons en direction du sec Mler. Ce sec abrupt est composé de deux pitons reliés par une barre rocheuse. Il baigne dans la faible lueur qui provient encore de la surface.

À notre arrivée, nous sommes accueillis par des éclairs argentés. C'est un banc d'anchois qui file vers les profondeurs. Les flancs de cette montagne sous-marine sont couverts de Gorgones aux couleurs chatoyantes.

Un filet perdu, recouvert de concrétions, pendu verticalement, ajoute une touche de mystère à ce tableau. Des nuées d'Anthias rouge, sur fond de gorgones violettes, animent le décor. Plus loin, dans le bleu, autour d'un piton, un banc composé de dizaines de Sars à tête noire tourne lentement. Sous nos palmes, le sec continue sa descente jusqu'à un fond de sable blanc. En relevant la tête, dans le bleu, en contre-jour, d'autres poissons évoluent.

Des spongiaires jaunes colonisent la roche entre les Gorgones. Un Mérou brun, à la queue frangée de blanc, passe sous nos palmes rapidement en direction d'un abri. Au milieu des Anthias, quelques Castagnoles noires. Certaines Gorgones, hébergent des Gorgonocéphales.

Au mois de décembre, l'eau de la méditerranée est fraiche. Nous décidons de remonter pour ne pas être trop pénalisés par les paliers. Pendant la remontée, nous envoyons un parachute en surface pour signaler notre présence.

À notre aplomb, le bateau d'assistance immerge un "pendeur" auquel nous nous accrochons pour la durée des paliers. 



Il existe différentes espèces de sars. Du plus petit le sparaillon, aussi appelé pataclet, d'une taille maximale de 25 cm au plus gros le sar tambour, pouvant atteindre plusieurs kilos.

Il est de la même famille que la daurade, le pageot, le marbré… Il atteint régulièrement 25 à 30 cm pour 200 g à 500g

On trouve le sar sur l'ensemble du plateau continental à des profondeurs comprises entre 1 et 30-35 mètres sur les fonds rocheux et les herbiers.

Les juvéniles sont omnivores. Les adultes, eux, sont carnivores et se nourrissent essentiellement de coquillages, crustacés, mollusques, vers et poissons.

Le sar à tête noire, visible sur la photo est commun dans les zones rocheuses. Il est reconnaissable à ses deux barres noires, l'une sur la nuque, l'autre à la base de la nageoire caudale et aux rayures jaunes horizontales sur le corps.

Il atteint la maturité sexuelle vers l'âge de 2 ans. Il connait le changement de sexe, les mâles se transformant en femelles. Les œufs et les larves resteront dans le plancton durant un mois environ.

LE MLER

Un sec de toute beauté accessible aux plongeurs confirmés. Gorgones rouges accrochées à flanc de roche, filet de pêcheur perdu, une ambiance féérique....

GRATUIT ET SANS INSCRIPTION
Enrichissez les pages de votre site avec notre contenu...

A voir également...

SUIVEZ-NOUS AUSSI SUR...

Carnet de plongée

Il nous permet de sensibiliser à la beauté et à la fragilité des fonds marins hyérois. Il sert aussi, à garder une trace de nos plongées et à échanger sur nos expériences.

Qui sommes-nous ?

Une équipe informelle de passionnés de la mer et de la plongée sous-marine composée d'amateurs et de professionnels désirant partager sur ce site la vie marine exceptionnelle autour des îles d'Hyères.

Nous contacter


Contenu du site https://dive.explo360.fr mis à disposition
selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International
(CC BY-NC-ND 4.0). Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification