Avril 2021

Le bateau nous largue sur le point. Nous basculons, Christelle, Siu-Kwan et moi, dans une eau fraiche, en ce mois d'avril. Nous nous enfonçons vers le sec du Mler. Dans la première partie de notre descente, nous traversons un nuage de plancton épais de plusieurs mètres. C'est une drôle de sensation que de sentir sur notre visage et nos mains cette matière gélatineuse. Heureusement que ce n'est pas urticant !

La descente se poursuit régulièrement. Nous sommes maintenant à mi-profondeur. Je regarde au dessus de moi pour voir si mes deux compagnes de plongée sont là. À ma grande surprise, je vois, au-dessus d'elles, très distinctement, la coque du bateau, légèrement flou, car la couche de plancton que nous avons traversée trouble l'eau. C'est exactement comme en mer chaude, la température de l'eau en moins bien sûr !

Nous sommes presque arrivés à destination. Au sommet des deux pitons, réunis par un mur de roche, des milliers d'Anthias et d'Anchois forment un nuage dense. Nous ne savons plus où donner du regard. C'est tout simplement magique. En contre-jour, Christelle et les deux pitons se détachent, en ombre chinoise, sur le bleu méditerranéen. La descente se poursuit le long des flancs d'un des escarpements. Aux nuées de poissons, viennent maintenant se rajouter les Gorgones rouge, violette, jaune.

La vie est foisonnante. Les couleurs explosent sur nos rétines. Nous flottons maintenant entre deux eaux, face à la paroi verticale. Les Anthias nous enveloppent. Sur une petite plateforme sur laquelle du sable est accumulé, un Grand Cérianthe attend sa proie. Un peu plus loin, un petit Sar à tête noire fait un bout de chemin en notre compagnie. Des Castagnoles noires rentrent en scène au milieu des Anthias rouges.

Nous palmons lentement vers le second éperon. À la hauteur du mur qui fait la liaison, en relevant la tête, au-dessus des Gorgones, nous voyons un banc de poissons en contre-jour qui file vers une destination inconnue en épousant les contours de la roche.

Sur le second piton, nous sommes accueillis par un Gorgonocéphale qui a pour voisin une Murène à la mine renfrognée. Nous commençons à amorcer notre remontée le long de la paroi. Presque au sommet, nous rentrons en contact avec un banc d'Anthias et d'Anchois tellement dense que nous en avons le tournis.

En cours de remontée, nous envoyons notre parachute afin que le bateau nous mette en place un "pendeur". Comme il y a du vent, notre sécurité surface rajoute, pour faire bon poids, deux ancres flottantes afin de ralentir le bateau et d'éviter que nous soyons trainés derrière.



Ses longs tentacules sont munis de nombreuses cellules urticantes.


Le grand Cérianthe est un animal. Oui, vous avez bien lu. On le trouve à partir de quelques dizaines de cm à plus de 40 m de profondeur. C’est un cousin des anémones de mer, elles aussi classées comme animal.

Dépourvu de tout squelette, il habite un tube muqueux et possède un ensemble de filaments urticants, de couleur variable : jaunâtre, vert fluorescent, mauve, violet, bleu et même noirâtre.

Le cérianthe reconstruit plusieurs fois son tube durant sa vie lorsque celui-ci ne lui convient plus. Pour ce faire, il rampe sur la vase grâce à ses tentacules et s’enfouit pour sécréter un nouveau tube.

 Il est présent dans toutes les mers. Souvent il se fixe à l’entrée des grottes, au pied des tombants, dans les herbiers de posidonies, et aussi sur les substrats détritiques.

À moindre menace, il se réfugie à l’intérieur dans son tube. Pour se nourrir, il utilise ses longs tentacules, munis de nombreuses cellules urticantes pour harponner, en la paralysant, sa proie. Planctons, débris organiques en suspension, petits poissons, petits crustacés sont ses proies.

Il est d’abord mâle puis femelle. Pour se reproduire, il émet d'abord des gamètes mâles, qui féconderont des gamètes femelles pour donner des larves. La larve, après une vie pélagique assez longue, se transformera en un jeune polype qui, une fois tombé sur le substrat, se construira un tube.

LE MLER

Aujourd'hui, ce sec habituellement très beau, est tout simplement exceptionnel. Nous sommes littéralement submergé par une quantité astronomique de poissons. L'eau est rarement aussi limpide. C'est un moment unique...

GRATUIT ET SANS INSCRIPTION
Enrichissez les pages de votre site avec notre contenu...

A voir également...

SUIVEZ-NOUS AUSSI SUR...

Carnet de plongée

Il nous permet de sensibiliser à la beauté et à la fragilité des fonds marins hyérois. Il sert aussi, à garder une trace de nos plongées et à échanger sur nos expériences.

Qui sommes-nous ?

Une équipe informelle de passionnés de la mer et de la plongée sous-marine composée d'amateurs et de professionnels désirant partager sur ce site la vie marine exceptionnelle autour des îles d'Hyères.

Nous contacter


Contenu du site https://dive.explo360.fr mis à disposition
selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International
(CC BY-NC-ND 4.0). Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification