Mars 2021

Après une navigation sans incident, sur une mer plate et sous un ciel bleu uniforme, nous arrivons sur le point de notre plongée du jour. Nous nous équipons et nous créons les blocs. C'est un moment crucial. Il ne faut rien oublier et être sûr du bon fonctionnement des détenteurs.

Nous sautons dans une eau chargée en particules. La descente s'effectue immédiatement, dès notre contact avec l'élément liquide, dans le bleu, c'est-à-dire sans aucun repère visuel pour guider notre descente. Cette technique permet de ne pas dériver en cas de courant de surface. Pour ne pas perdre notre binôme, nous allumons nos phares de plongée dès l'immersion. Si l'un distance l'autre, la lueur des phares permet de guider le retardataire.

Quelques mètres avant que le fond ne se matérialise, dans le faisceau de nos lampes, apparaissent d'abord les Anthias puis progressivement les couleurs. Une multitude de Gorgones jaune et rouge, tous polypes dehors habille la roche. Ce sec regorge d'anfractuosités dans lesquelles se niche une vie foisonnante. Nous suivons la roche. Derrière une Gorgone un Serran-Chèvre essaye de passer inaperçu. Comme sur presque tous les secs, nous croisons des fils de pêche. Ceux-ci se couvrent lentement de vie. Doit-on les considérer comme de la pollution ? Vaste question.

Sous un surplomb rocheux dont le plafond est recouvert par un spongiaire, un Oursin diadème. Quelques coups de palmes plus loin, une Éponge cavernicole jaune entoure la base d'une Gorgone. Plus loin, au détour d'une gorgone, une Murène semble nous attendre. Elle a un fil de pêche qui lui sort de la bouche. L'hameçon est resté en place coincé dans ses chairs. À notre approche, elle recule puis après un temps d'arrêt glisse majestueusement vers un autre abri. Les Anthias sont omniprésents.

Il est maintenant temps d'amorcer notre remontée. En cours de chemin, nous lançons un parachute jaune auquel nous nous suspendons le temps que le bateau d'assistance nous immerge un "pendeur".



L'Anthias est un petit poisson de 15 à 27 cm qui vit entre 20 et 200 mètres. C’est l'un des poissons les plus colorés de la Méditerranée. L’Anthias, vit en bancs composés de plusieurs centaines d’individus, au-dessus des fonds rocheux et des épaves.

L’espèce est hermaphrodite d’abord femelle puis mâle. Chaque mâle possède un harem comportant de 5 à 10 femelles, au sein duquel règne une hiérarchie bien établie. Au moment de la reproduction, de juin à octobre, les mâles, un peu à l’écart du banc, effectuent des spectaculaires parades nuptiales avec des curieux mouvements de culbute dans un plan vertical. La ponte a lieu au crépuscule en pleine eau. Les oeufs ainsi libérés et fécondés sont planctoniques.

Les Anthias sont des carnivores, ils se nourrissent de crustacés, de vers annélides et d’alevins de poissons, à l’aide de leur bouche protractile. 

MLER PLUS

La plupart des plongées sur les secs offrent au regard un feu d'artifice composé de nuages de petits poissons rouges, les Anthias...

GRATUIT ET SANS INSCRIPTION
Enrichissez les pages de votre site avec notre contenu...

A voir également...

SUIVEZ-NOUS AUSSI SUR...

Carnet de plongée

Il nous permet de sensibiliser à la beauté et à la fragilité des fonds marins hyérois. Il sert aussi, à garder une trace de nos plongées et à échanger sur nos expériences.

Qui sommes-nous ?

Une équipe informelle de passionnés de la mer et de la plongée sous-marine composée d'amateurs et de professionnels désirant partager sur ce site la vie marine exceptionnelle autour des îles d'Hyères.

Nous contacter


Contenu du site https://dive.explo360.fr mis à disposition
selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International
(CC BY-NC-ND 4.0). Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification