INSTANT

Mars 2021

La photographie sous-marine est une spécialité qui requiert des connaissances techniques, mais aussi artistiques en plus de connaissances sur la faune et la flore sous-marine.

La maîtrise de la photo sous-marine demande un temps très long, beaucoup de ratés et de très nombreuses plongées. La photo sous-marine, c’est un apprentissage perpétuel !

Bien sûr, le facteur chance peut vous permettre de réussir "la photo" mais il ne faut pas trop compter dessus. 

Au niveau du matériel, il est conseillé de commencer modestement avec des petits appareils qui peuvent délivrer, sur écran, des photos remarquables à prix abordable à condition de garder en tête quelques règles de base.

Pour augmenter vos chances de réussites, il faut bien connaître, tous les boutons, réglages et fonctions offerts par votre appareil. Enfin, il est recommandé de choisir un appareil ou l'ouverture, la vitesse et la sensibilité peuvent être réglées manuellement.



Le Gorgonocéphale ou Tête de méduse est un animal à dix bras assez étrange d'aspect. Si vous connaissez les fractales, vous serez en terrain conquis pour reconnaitre cette espèce en plongée. Issu de la mythologie grecque, son nom signifie : Tête de gorgone.

Ces bras sont couverts d'une épaisse peau. En général, pendant la journée, les bras sont tassés en boule. La nuit venue, ils sont étendus pour se nourrir. D'aucuns prétendent que la lumière des lampes de plongées ferait rétracter les bras. Nous n'avons jamais constaté ce comportement.

Pour trouver cet animal, il faut rechercher les Gorgones. Souvent, il élit domicile sur l'une d'entre elle entre 50 et 800 mètres de fond. Mais il est aussi possible de le trouver sur des spongiaires. Nous l'avons aussi observé, plus rarement,  sur des fonds sableux.

Lorsqu'il est en boule, il peut mesurer jusqu’à 20 cm de diamètre. Mais lorsqu’il déploie ses longs bras, il peut alors atteindre 80 cm d’envergure.

Il est mobile, et se déploie perpendiculairement au courant. Il se nourrit de petits animaux planctoniques  qu'il capture avec les ramifications très fines en forme de crochets au bout de ses bras.

En cas de perte de l'un d'entre eux, il est capable de le régénérer.

Les sexes sont séparés. La reproduction à lieu par émission des gamètes et fécondation en pleine eau. Les larves initialement planctoniques se fixent ensuite sur le substrat.

La photographie sous-marine est la rencontre avec un instant fugace que l'on doit s'appliquer à capter dans des conditions techniques souvent difficiles...

A voir également...

Carnet de plongée

Il nous permet de sensibiliser à la beauté et à la fragilité des fonds marins hyérois. Il sert aussi, à garder une trace de nos plongées et à échanger sur nos expériences.

Qui sommes-nous ?

Une équipe informelle de passionnés de la mer et de la plongée composée d'amateurs et de professionnels désirant partager sur ce site la vie marine exceptionnelle autour des îles d'Hyères.

Nous contacter